Pense à moi comme je t’aime

Il y a des jours où même les meilleurs peuvent avoir le bourdon, je voulais dire, ça peut m’arriver. Dans ces cas-là, je reviens aux fondamentaux, la base de la base. Pour cela, nos amis les belges ont Jean-Claude Vandamme.  Nous, en France, on a Francis Lalanne, multirécidiviste du pétage de plomb dans les médias. Une petite recherche Google pour savoir quelle est l’actualité de l’homme au catogan XXL et cuissardes (rien que ça, tu souris), et hop, qu’est-ce que je te disais, j’apprends que notre Francis national a vendu tous ses biens sauf sa guitare, et le voilà SDF, sans domicile fixe, mais surtout dit-il « sans difficulté financière ».

L’hilarité pointe le bout de son nez, le gars est absolument génial.

Il a fait tout seul la révolution bancaire que proposait Eric Cantona en 2010 : retirons tous notre fric pour faire sauter les banques (sauf qu’il ne fait rien sauter du tout, vu que pas grand monde le suit au vu de ses scores aux diverses élections auxquelles il s’est présenté). Mais comme rien ne l’arrête, prenons-en de la graine.

Imagine une vie sans impôts, sans factures, surtout que le Francis, homme le plus poisseux de la planète, s’est pris 29 contrôles fiscaux en 25 ans, soit plus de 1 par an en moyenne.

Certes, la probabilité que ça t’arrive à toi est faible. Il y a peu de chances que tu écrives un recueil de poèmes contre Nicolas Sarkozy, ou que tu traites tous les députés de pourris et corrompus face à un journaliste à qui tu finis par dire :  « je t’emmerde, toi et ta radio ». Non, toi, tu as déjà du mal à dire non à ta collègue quand elle te prend tous les ponts et les vacances scolaires sous prétexte qu’elle a trois gosses, alors ça ne risque pas.

Mais, même sans être la cible du Trésor Public, ça fait réfléchir.

Cette vie, bassement matérialiste, avec nos Iphone 12 et nos Fiat 3000, c’est vrai c’est moche.

Envoyons tout balader ! Soyons libres !

Fini, le stress des soldes, où t’es comme une dingue sur les starting-blocks pour ne pas louper la paire de pompes qui va bien à moins trente, pour laquelle tu serais prête à oublier ce que t’a appris ta mère et bousculer violemment cette octogénaire, entrée dans le magasin juste avant toi.

Finie la prise de tête tous les matins pour savoir ce que tu vas mettre, puisque tu n’as plus de placard, ni de compte bancaire, et puis tu n’as plus de sèche-cheveux, c’est trop encombrant, ni de fer à repasser (YES), pas de machine à laver ni de linge à étendre, plus de dîner à préparer puisque tu n’as plus de cuisine (triple YES), plus de ménage puisque tu n’as plus d’appartement (là tu es en lévitation), une vie sans contrainte et écologiquement respectable se profile devant toi.

J’ai vu la lumière.

J’ai donc pris un grand sac poubelle pour mettre ma vie consumériste dedans.

Et puis, je suis tombée sur mes boîtes Hermès. Et comme l’a si bien tweeté Loïc Prigent, essaie de les jeter. Tu verras.

Moi, je crois que je vais rester encore un peu avec mes agios, mais grâce à Francis, la bonne humeur est revenue.

Ami lecteur, je te souhaite un bon dimanche soir, malgré la dèche du programme télé, qui est au régime pour rentrer lui aussi dans le maillot.

Et juste pour le plaisir, un petit coup de la Chanson du Dimanche :

https://www.youtube.com/watch?v=RqzR-KwjlrI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *