La menace du guichet fantôme

Tu as beau penser que tu es préparée, tu te gauffres toujours quand tu dois affronter l’épreuve du guichet. Tu crois, naïvement, que face à toi se trouve un être humain tel que toi, qui lui aussi se trouve par moments de l’autre côté de la vitre, dans la queue, alors forcément, cet être humain va faire preuve de compassion, d’empathie.

Euh, comment te le dire gentiment, tu es à côté de la plaque.

Derrière le guichet, c’est Prédator.

Tu te dis que j’exagère, pour le bien de mon blog.

Non, te dis-je. C’est la stricte vérité. Derrière le guichet est assis un être insensible, robotisé, et un 32 bits, pas un 64, hein, faut éviter la surchauffe, et pire que tout, il est souvent fonctionnaire, avec des consignes.

Toi, comme dans la vraie vie, tu te dis : je vais lui parler et il va comprendre. Que nenni. Cet individu reçoit dans son quotidien des circulaires. Et il les lit, puis il les applique.

Le drame, c’est qu’il ne discute jamais le bien fondé des ordres qu’il reçoit. Et quand bien même il n’aurait pas voie au chapitre, il pourrait sans grand danger ne pas appliquer la note interne, car celle-ci n’est pas toujours contrôlable.

Prenons un cas concret. Récemment j’ai dû m’acquitter de tout un tas d’actions administratives auprès de divers organismes, suite au décès d’un ascendant direct. Je me suis donc retrouvée pour la première fois de ma vie au Trésor Public. C’est peu de dire que je ne veux plus jamais retourner dans cet espace où soudain tout le monde devient Dark Vador, devant comme derrière le guichet.

Déjà, une file d’attente comme pour la sortie de 50 Nuances de Grey, le sourire en moins, et ce, juste pour qu’on vous donne un ticket pour que la véritable attente puisse commencer.

Alors moi et mon décès, on a bénéficié d’une trêve. On nous a parlé gentiment, ce qui n’était absolument pas le cas des deux personnes qui sont passées avant moi, à qui on a dit en substance et en criant « Hé bien c’est comme ça et pas autrement !!! ».

Donc, tu passes deux heures et demie aux impôts, pour te faire sodomiser sans lubrifiant par tes taxes, et en plus on te gueule dessus. Il y a raisonnablement de quoi se demander si un lutin malveillant ne t’aurait pas tatoué sur le front « abrutie finie » la nuit précédente.

Parce que, une fois que tu as enfin réussi à quitter cette folle ambiance, tu apprends que France Bleu Azur a mis la main sur une note interne incitant les agents à ne pas faciliter la vie des usagers aux guichets afin qu’ils s’orientent de préférence vers les services en ligne.

Et là tu te dis que définitivement, l’Etat et ses sous-fifres te prennent pour une super conne : comment un SERVICE PUBLIC payé par MES IMPOTS peut-il se permettre de produire des notes internes visant à autoriser implicitement ses agents à mal me parler et me servir alors que je les finance ?

Trésor Public, ta politique de réduction budgétaire t’aurait-elle fait péter les plombs ?

Ce qui est d’autant plus désolant, c’est que tu ne fais rien d’autre qu’imiter tes autres petits copains, CAF, Pôle Emploi, CPAM, et tous ensemble vous chiez joyeusement sur votre vocation première : une activité d’intérêt général, comme par exemple, traiter le contentieux d’un pauvre usager lambda qui n’a pas internet à son domicile (20% des français).

Alors comme je ne peux pas mettre le feu à ces guichets en criant « Aux armes citoyens », puisqu’ils repousseraient aussitôt 50 mètres plus loin, pendant que moi je serais enfermée à la Bastille, je m’en vais donc regarder un peu cette télévision que je finance moyennant une contribution rondelette à l’audiovisuel public, et me régaler d’écouter chez Ruquier les pronostics concernant le SMIC de Benjamin Castaldi (1800 €) et de Léa Salamé (1500 €). Me voilà rassurée : finalement, je suis moins stupide que le Service Public veut me le faire croire.

Allez ami lecteur, courage, et ne te suicide pas parce que tu as un recommandé à envoyer : la Poste n’a pas encore trouvé le moyen que tu l’envoies par internet, et l’agent d’accueil sera obligé de te le prendre. Pour tes autres démarches, démerde-toi pour que quelqu’un décède dans ta famille : ça ressuscite la courtoisie au guichet.

A la semaine prochaine !!!

http://fr.scribd.com/doc/286400764/Une-note-demande-aux-agents-des-impots-de-rediriger-vers-les-services-en-ligne

3 réflexions sur “La menace du guichet fantôme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *